mercredi 28 décembre 2016

Harry Potter et l'enfant maudit/Harry Potter and the cursed child, J.K.Rowling


Afficher l'image d'origine


Résumé



Etre Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il travaille au coeur des secrets du ministère de la Magie. Marié et père de trois enfants, Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, tandis que son fils Albus affronte le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Quand passé et présent s'entremêlent dangereusement, père et fils se retrouvent face à une dure vérité : les ténèbres surviennent parfois des endroits les plus inattendus.


Ce que j'en ai pensé


Harry Potter est pour moi l'une des grandes sagas qui ont marquées ma vie avec Ellana de Pierre Bottero. Harry Potter est pour moi un refuge, un autre chez moi. Je reviens toujours à ces livres ou à ces films quand j'ai besoin de me remonter le moral, de me motiver ou même de me détendre. Cela peut vous sembler puéril mais pour moi Harry Potter est loin d'être seulement une histoire pour enfants. En témoigne son succès mondial chez les jeunes comme chez les plus vieux. C'est un univers magique certes, imaginaire mais avec des personnages proches de nous et des réflexions sur la vie, le bien, le mal, l'amour, les guerres, la souffrance... Harry Potter c'est aussi une fresque merveilleusement humaine qui nous emporte, nous fait voyager, nous fait rêver.

Quand j'ai appris qu'une suite allait sortir, j'étais survoltée. Je mourrais d'envie d'en savoir plus. J'étais avide de savoir ce qu'il advenait des personnages, de pouvoir à nouveau me replonger dans ce monde extraordinaire. Sorti il y a plusieurs mois déjà, je n'avais pas encore pu me plonger dans ce livre et j'attendais avec impatience les vacances. Dès mon premier jour de vacances, j'ai donc dévoré ce livre. A peine quelques heures m'ont suffi pour venir à bout de cette pièce de théâtre.

Une pièce de théâtre. Justement. Je crois que c'est ce qui m'a le plus dérangée. Car une pièce de théâtre cela veut dire se concentrer sur certains personnages seulement, ne pas avoir de descriptions, n'avoir que des dialogues, ne se concentrer que sur une seule intrigue. J'ai donc été déçue dans ma soif d'en savoir plus. Je suis restée sur ma faim. En effet, (je vais essayer de ne pas vous spoiler), l'intrigue se concentre sur Albus l'un des fils d'Harry. Quand je dis qu'il se concentre sur lui, comprenez qu'on parle à peine des autres enfants d'Harry. Pareil, nombre de personnages présents dans Harry Potter ont été délaissés voire oubliés pour laisser place à l'intrigue principale. Pièce de théâtre exige. Mais j'aurais aimé en savoir plus. Je n'ai pas retrouvé ce que j'avais trouvé dans les précédents romans c'est-à-dire un univers, une multitude de personnages plus attachants les uns que les autres. Ici, j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher aux personnages, beaucoup de mal à imaginer l'histoire. Je n'ai pas été portée par la lecture de cette pièce. J'ai toujours eu beaucoup de mal avec la lecture de pièces de théâtre. Je préfère de loin les romans qui me paraissent beaucoup plus complets et me permettent véritablement d'entrer dans un autre monde. 

Le personnage principal de cette pièce est Albus. Je dois vous avouer que je ne me suis pas du tout attachée à lui. Albus souffre d'être le fils du Survivant, du Sauveur. Il ne veut pas de cette célébrité. Il n'a pas l'impression d'appartenir à cette famille. Il ne se sent pas à place. Malgré tout l'amour que lui portent Ginny et Harry. Ce dernier n'avait pas de parents, avait souffert toute son enfance et pourtant avait réussi à trouver le bonheur malgré tout car c'était quelqu'un de bon, quelqu'un de fort, de courageux. Albus est sombre, complètement refermé sur lui-même. Il rejette violemment la famille qui l'aime. Il s'isole, se laisse influencer, se lance dans une aventure insensée sans réfléchir aux conséquences et risque de faire basculer le monde dans les ténèbres. Albus est aveuglé par son mal être et ne se soucie pas de faire souffrir son père et le monde à l'occasion. Pour moi, c'est un adolescent ingrat et égoïste. 

Venons en à l'histoire. Celle-ci soulève la question, l'éternelle question du temps. Le temps est une problématique récurrente mais n'est-elle pas vue et revue ? Encore récemment sortait le film Alice de l'autre côté du miroir qui traitait du même sujet. Pour revenir aux personnages je n'ai pas reconnu Harry, Hermione et Ron, je les ai trouvés différents, moins impétueux, moins passionnés et passionnants... Leurs personnages manquaient de profondeur, de subtilité... Globalement, j'ai trouvé que cette pièce de théâtre n'était pas aboutie, loin d'être aussi travaillée que les autres romans de la saga, bâclée...

Comme vous pouvez le voir j'ai été déçue par ce nouvel opus... Et je peux vous dire que cette déception est terrible pour moi qui suis une fan inconditionnelle de Harry Potter. J'aurais cependant aimé voir la pièce de théâtre car je pense que joué ce texte prend véritablement son caractère, sa force, son humanité. J'espère en tout cas. 

Afficher l'image d'origine

Summary


It was always difficult being Harry Potter and it isn’t much easier now that he is an overworked employee of the Ministry of Magic, a husband and father of three school-age children. While Harry grapples with a past that refuses to stay where it belongs, his youngest son Albus must struggle with the weight of a family legacy he never wanted. As past and present fuse ominously, both father and son learn the uncomfortable truth: sometimes, darkness comes from unexpected places.
 

My thought


 Harry Potter is for me one of the great sagas that have marked my life with Ellana written by Pierre Bottero. Harry Potter is a refuge for me, another home. I always return to these books or movies when I need to cheer up, to motivate or even relax. This may seem childish but to me Harry Potter is far from just a story for kids. This is evidenced by its worldwide success among young and old alike. It is a magical universe, of course imaginary but with characters close to us and reflections on life, good, evil, love, wars, suffering... Harry Potter is also a wonderfully human fresco which carries us away, makes us travel, makes us dream. 

When I learned a new book was going out, I was boosted. I wanted to know more. I wanted to know what happened to the characters,to plunge me back into this extraordinary world. Released several months ago, I have not yet been able to immerse myself in this book and I was looking forward to the holidays. From the first day of my holidays, I devoured this book. It took me only a few hours to get through this play.

 A play. Exactly. I think that's what most disturbed me. Because a play demands to focus on certain characters only, not to have descriptions, only have dialogues, only focus on a single plot. So I was disappointed in my thirst to know more. I'm still hungry. Indeed, the plot focuses on Albus one of Harry's sons. When I say he focuses on him, understand it hardly evokes Harry's other children. Such a number of characters in Harry Potter have been delegated or even forgotten to leave room for the main plot. Theater play requires. But I would have liked to know more. I have not found what I found in the previous novels, that is, a universe, a multitude of characters more endearing than the others. Here, I had a lot of trouble attaching myself to the characters, imagining the story. I was not overjoyed. I have always had a lot of trouble with reading plays. I prefer by far the novels that for me are much more complete and allow me to enter another world.  

The main character of this play is Albus. I must confess that I did not like him very much. Albus feels very bad being Harry Potter's son. He does not want this celebrity. He does not feel like belonging to this family. Despite all the love Ginny and Harry give him, he still feels bad, alone, sad, oppressed. Harry had no parents, had suffered all his childhood and yet had managed to find happiness nevertheless because he was someone good, someone strong, courageous. Albus is dark. He only focuses on himself. I think he's being selfish and ungrateful. He's kind of spoiled. He violently rejects the family that loves him. He isolates himself, lets himself being influenced, embarks on a senseless adventure without thinking about the consequences and risks to tip the world into darkness. Albus is blinded by his badly being and does not care to make his father and the world suffer. 

Let's talk about the story. It raises the question, the eternal question of time. It's hard not to spoil you ... I'll still try. Time is always a very important issue. But it's not original at all! Recently it was the main object of the movie Alice through the looking glass... To come back to the characters I did not recognize Harry, Hermione and Ron, I found them different, less impetuous, less passionate and less interesting... Their characters lacked depth, subtlety... Globally, I've found this play sloppy.

As you can see I was disappointed by this new opus... And I can tell you that this disappointment is terrible for me because I am an unconditional fan of Harry Potter. I would have liked to see the play though because I think I may appreciate more to see the play played. I guess it is more touching. I imagine it takes all its humanity when it's played by real actors. Well I hope so.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire