samedi 9 mai 2015

Dans la maison, réalisé par François Ozon



Synopsis


Un garçon de 16 ans s'immisce dans la maison d'un élève de sa classe, et en fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français. Ce dernier, face à cet élève doué et différent, reprend goût à l'enseignement, mais cette intrusion va déclencher une série d'événements incontrôlables. 

Ce que j'en ai pensé


Fascinant. C'est le mot le plus juste qui me vienne à l'esprit pour qualifier ce film. Il s'agit de l'histoire de Claude, écrivain en herbe et de Germain, son professeur. Claude est un garçon singulier. Pour son histoire, il puise son inspiration dans ce qu'il voit chez son ami, un jeune garçon qu'il qualifie de "différent" parce qu'il est "normal". Il partage son histoire avec son professeur Germain, un homme qui mène une vie banale et assez ennuyeuse, un homme frustré qui dans le jeune Claude voit peut-être celui qu'il a toujours rêvé d'être. Germain va encourager Claude à poursuivre son histoire, à écrire et pour cela, à s'immiscer de plus en plus profondément dans la maison de son camarade de classe, au cœur même de la famille du jeune Rafa.
Ce film pose la question du lien entre écrivain et lecteur. Un lien de dépendance assez particulier finalement. Ce lien entre Claude et Germain va devenir malsain avec le voyeurisme qu'il implique étant donné que Claude puise son inspiration dans la réalité de ce qu'il observe chez son camarade de classe. Et c'est cette relation que nous découvrons nous spectateurs, une relation étonnante qui nous intrigue et qui nous tient en haleine jusqu'au bout.
Car ce film accroche le spectateur et l'entraîne avec lui. Et l'on se demande : "Comment cela va-t-il se finir ?". On suit anxieusement, tout comme Germain, Claude. On le regarde s'introduire dans l'intimité de la famille de Rafa, se rapprocher d'Esther ; on écoute l'ironie du garçon quand il décrit cette famille, cette famille simple et banale au début qui va prendre de plus en plus d'importance dans la vie de Claude. Tout comme Germain, nous dépendons de Claude. Nous dépendons de ce qu'il écrit, de ce qu'il vit. Nous attendons le dénouement sans savoir à quoi nous attendre. Et cette fin est exactement celle que l'on attendait sans la connaître. 
Ce film est brillant, interprété par des acteurs très justes dans leur interprétation (j'aime beaucoup le personnage secondaire de la femme de Germain, joué par Kristin Scott Thomas) avec des dialogues travaillés et très intéressants. Un film étonnant, déroutant, perturbant. Un film à voir. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire