vendredi 19 décembre 2014

Water, réalisé par Deepa Mehta

 

Synopsis


Le film se déroule dans l'Inde coloniale de 1938, au moment où Gandhi arrive au pouvoir. L'histoire commence le jour où Chuyia, âgée de 7 ans, perd son mari et est envoyée dans une maison où les veuves hindous vivent en pénitence. Agées de 18 à 80 ans, ces femmes "paria" à la tête rasée, mendient pour manger et passent leur temps à prier en attendant la mort.
L'arrivée de cette enfant curieuse et innocente va affecter la vie des autres résidentes. Et notamment celle de Kalyani, une belle veuve qui tombe amoureuse de Narayan, un jeune idéaliste, disciple de Gandhi.
Peu à peu, la présence de Chuyia va ébranler tout ce qu'elles se sont résignées à accepter et les pousser à se révolter contre la tyrannie de ce mode de vie dépassé et controversé. 

Ce que j'en ai pensé


Un film absolument magnifique, bouleversant, poignant, choquant aussi. L'histoire est belle, la fin totalement inattendue est très triste et choquante. Nous découvrons un aspect horrible de la condition féminine en Inde en 1938 : le veuvage. Les veuves sont exclues de la société et ne sont plus considérées comme des êtres humains à part entière étant donné qu'en Inde, à cette époque, les femmes dépendent exclusivement de leur mari, elles vivent à travers leur époux et à la mort de celui-ci, il est admis qu'une part de sa femme meurt avec lui. Ici, nous pouvons voir une fillette de sept ans reléguée dans une maison de veuves où elle est rasée donc dépossédée de sa féminité comme si elle n'existait plus. Les personnages sont très bien interprétés : la petite fille mais aussi les autres femmes. Certaines sont particulièrement détestables, d'autres attachantes. L'une d'entre elles nous interpelle puisque c'est la seule à posséder une longue chevelure, le spectateur découvre avec horreur la prostitution à laquelle les veuves ont cours afin de survivre. Prostitution en contradiction avec le rejet des veuves. L'absurdité du comportement des hommes est bien mise en évidence à travers cette pauvre jeune femme victime de sa condition de veuve. Au niveau technique, il n'y a rien à redire : les scènes sont très bien cadrées et la musique est en accord avec l'esprit du film.
Ainsi, ce film est à voir absolument, un film qui nous touche profondément, un film terrible témoin des horreurs qu'ont subi et que subissent les femmes à travers le monde.

2 commentaires:

  1. Musique du célèbre A.R. Rahman, compositeur, chanteur, producteur indien ! Un film qui donne les larmes aux yeux, rien à rajouter à ton parfait résumé :)

    RépondreSupprimer