mercredi 11 juin 2014

Comme des images, Clémentine Beauvais

 

Résumé 

(Quatrième de couverture)

Il était une fois ... des ados sages comme des images au prestigieux lycée Henri-IV, à Paris. Un lycée où les élèves, dès la seconde se voient déjà en avocat, en médecin, en ministre. 
L'histoire commence le jour où Léopoldine a rompu avec Timothée pour Aurélien. Ou bien le jour où Timothée, par vengeance peut-être, a envoyé un mail avec une vidéo de Léopoldine à tout le monde.
Ses amis, sa soeur jumelle Iseult, les profs, les lycéens, les parents : tout le monde.

Ce que j'en ai pensé

Un roman dur, secouant, remuant qui nous noue l'estomac et qui nous terrifie. La plume acérée de Clémentine Beauvais nous emmène au cœur du lycée Henri-IV où des adolescents qui, en apparence sages et rangés, sont à l'origine de scandales, de crises et de drames. Le titre de ce roman (Comme des images) est révélateur des thèmes profonds de l'histoire : tout d'abord, des jumelles qui se ressemblent comme deux gouttes d'eau sont au cœur de l'intrigue. Mais cette évocation des images peut aussi se référer à l'image que l'on veut donner de soi, cette image qui est si importante pour les élèves du lycée H-IV. C'est cette image qui va tout déclencher car Timothée s'attaque bien à l'image de Léopoldine lorsqu'il envoie une vidéo de la jeune fille à tout le monde étalant sa vie privée sur la place publique. Étrangement, Léopoldine n'est pas forcément la plus affectée. Mais sa sœur, Iseult semble beaucoup en pâtir. Iseult, la jumelle effacée et réservée, plongée dans ses cartons à dessins et délaissée par la narratrice qui lui a préféré Léo, la sœur vivante et extravertie. Dans ce roman, les lycéens sont dépeints comme ambitieux, obsédés par la réussite (la 1ère ES ou pire le redoublement est perçu comme une déchéance), fragiles, irréfléchis et presque cruels.
Au fil des pages, l'auteur nous tient suspendue à ses mots, aux mots de la narratrice. Elle nous dévoile au fur et à mesure les tenants et les aboutissants de cette histoire dont le lecteur sait déjà qu'elle se termine par une tragédie mais quelle tragédie ? Le suspense est de mise et l'auteur réussit à scotcher le lecteur jusqu'au bout et même longtemps après qu'il ait reposé son roman. Ce dernier est rempli d' émotions fortes et douloureuses, de surprises (plutôt des mauvaises !), de leçons. Un récit tout en puissance et en intensité, choquant et poignant ! Je n'ai pas encore décidé si j'avais aimé ce roman ou pas, ce qui est sûr c'est qu'il ne laisse pas insensible ; il vous remue au plus profond de votre être porté par l'écriture actuelle, frappante, réelle, incisive et déliée de Clémentine Beauvais !

Clémentine Beauvais est sur Twitter !




A la question, depuis quand écrivez-vous, Clémentine Beauvais répond :

2 commentaires:

  1. J'ai très, très, très envie de lire ce roman. Dès que j'ai un moment libre, je comte aller l'acheter.
    Et encore une fois, je trouve ta critique très bien faite et intéressante! :)

    RépondreSupprimer
  2. J'adore quand les auteurs répondent à nos tweet ou post sur FB :D
    Ça prouve qu'ils s'intéressent à ce qu'on pense de ce qu'ils écrivent, et puis la plupart du temps ils sont hyper sympa :D
    J'ai la chance de parfois avoir un tweet de Sarah Pinborough (saga des Contes des Royaumes) sur mon tweeter ;-)

    RépondreSupprimer