vendredi 30 mai 2014

Les hirondelles de Kaboul, Yasmina Khadra

 
Les hirondelles de Kaboul, Yasmina Khadra - Editions Pocket

Résumé

Dans les ruines brûlantes de la cité millénaire de Kaboul, la mort rôde, un turban noir autour du crâne. Ici, une lapidation de femme, là un stade rempli pour des exécutions publiques. Les Taliban veillent. La joie et le rire sont devenus suspects. Atiq, le courageux moudjahid reconverti en geôlier, traîne sa peine. Toute fierté l'a quitté. Le goût de vivre a également abandonné Mohsen, qui rêvait de modernité. Son épouse Zunaira, avocate, plus belle que le ciel, est désormais condamnée à l'obscurité grillagée du tchadri. Alors Kanoul, que la folie guette, n'a plus d'autres histoires à offrir que des tragédies. Quel espoir est-il permis ? Le printemps des hirondelles semble bien loin encore...

Ce que j'en ai pensé

Bouleversant. C'est le mot pour désigner ce roman incroyable que j'ai dévoré en deux heures happée par l'histoire émouvante et choquante, par l'écriture merveilleuse et poétique et par les personnages réalistes et touchants. Yasmina Khadra (de son vrai nom Mohammed Moulessehoul) décrit la vie sombre et horrible que mènent les habitants de Kaboul, ville détruite par la guerre et tombée sous la coupe des talibans. L'auteur qualifie même la capitale afghane de "ville en état de décomposition avancée". La terreur règne dans ce monde injuste et cruel où les femmes n'ont aucune liberté, aucun droit et sont considérées comme des objets ; où la religion est imposée et prône l'immoralité de l'Occident et la supériorité de l'islam ; où il est interdit de rire ou de montrer sa joie ; où les gens sont surveillés et rappelés à l'ordre au moindre faux pas à coups de cravache.  Au milieu de tout ça, nous avons quatre personnages, deux couples banals et qui pourtant ont été transformés, qui sont transformés par cette dictature. Yasmina Khadra à travers ces personnages nous montre la difficulté de cette vie qui rend fou, qui avilit. Il nous montre la douleur que ressentent quotidiennement les habitants opprimés de Kaboul. Dans cette œuvre réaliste, le bonheur semble avoir quitté la ville et ses ruines. L'espoir est compromis et même l'amour disparaît peu à peu pour laisser place à une rage qui pousse à une violence insensée et inhumaine. L'être humain est impuissant et souffre profondément.
Dans ce roman, l'auteur nous livre un magnifique témoignage de la souffrance des afghans. Avec son écriture imagée et sensible, Yasmina Khadra dénonce la dictature exercée par les talibans. Un roman fort, humain, rempli d'émotions et bouleversant. (Je sais, je l'ai déjà dit mais je le redis car ce roman est véritablement bouleversant !)


1 commentaire:

  1. C'est vrai que ce roman a l'air très beau et le sujet est très intéressant. Et ton avis est vraiment bien écrit et donne envie de le lire.

    RépondreSupprimer