lundi 1 janvier 2018

Hello

© 2016 Darkbrume Tous droits réservés. All rights reserved.


Coucou et bienvenue sur mon blog!

Ici, vous retrouverez des actus livres, musique, ciné et mode et plein d'autres encore. Alors bonne visite à tous ! N'oubliez pas de laisser un commentaire pour me dire ce que vous pensez des différents articles proposés sur ce blog et partagez sur les réseaux sociaux !

Hello everybody and welcome on my blog!

Here, you'll find news on various topics like books, music, cinema, fashion... So, enjoy your visit! Don't forget to leave a comment to tell me what you think of the different articles you can find on this blog and share them on the social medias!

dimanche 10 septembre 2017

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une/Your Second Life Begins When You Realize You Only Have One, Raphaëlle Giordano


Résumé


Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l'impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts? Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l'y aider, elle n'hésite pas longtemps: elle fonce. À travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves...

Ce que j'en ai pensé


Alors qu'aujourd'hui la quête du Graal est devenue la quête du bonheur dans un monde occidental toujours plus pressé, toujours plus stressé, Raphaëlle Giordano invente sa recette du bonheur. Une recette adressée à tous ceux qui ne se sentent pas épanouis malgré une famille, un boulot, une maison, bref pour ceux qui ont tous les ingrédients mais pas la recette. Camille, guidée par le mystérieux routinologue Claude, va apprendre à croquer la vie à pleines dents. Héroïne attachante, Camille se réveille, se met en marche et réalise ses rêves. Ce roman sur un ton léger et humoristique nous invite à prendre confiance en nous, à apprécier la beauté du monde, à voir le verre à moitié plein, à profiter de la vie en somme. Un roman gai et revigorant qu'il fait bon de lire quand le moral est en berne (ou pas d'ailleurs !). Une petite pépite !

Summary

 
At thirty-eight and a quarter years old, Camille has everything she needs to be happy, or so it seems. Why then does she feel as if happiness has slipped through her fingers? All she wants is to find the path to joy and fulfilment.
When Claude, a routinologist, offers his unique advice to help get her there, she seizes the opportunity with both hands. Camille’s journey is full of surprising, creative and richly meaningful lessons, as she sets out to transform her life and realize her dreams one step at a time . . .

My thought


While today the quest of the Graal has become a search for happiness in an occidental world always more speed, always more stressful, Raphaëlle Giordano invents her recipe for happiness. A recipe adressed to all those people who don't feel fullfilled even though they have a family, a job, a house. In brief, it's for all those people who have the ingredients but not the recipe. Camille, guided by the mysterious routinologist Claude is going to learn to take life in both ends. Endearing heroine, Camille wakes up, starts walking and realizes her dreams. This novel using a light and humoristic tone invites us to be confident in ourselves, to appreciate the world's beauty, to see the glass half full, to enjoy life in short. A cheerful and invigorating novel that's good to read when you're feeling a bit sad (or not!). A little nugget!

La Camarguaise, Françoise Bourdin


Résumé


À la mort de François Valence, sa petite-fille Jordane a repris en main le Biloba, la bastide familiale située en plein coeur de la Camargue. Mais comment l’exploitation de champs d’iris, de moutons mérinos et de chevaux andalous pourrait-elle sauver de la ruine un si lourd héritage ?
Déchirée à l’idée de perdre son domaine convoité par les huissiers, et trop fière pour accepter l’aide de Lionel, son mari dont elle est séparée, la jeune femme décide de transformer la propriété en hôtel de luxe. Un choix qui sera violemment critiqué car, au sein des dynasties arlésiennes, on n’aime guère les touristes…

Ce que j'en ai pensé


Jordane est une femme impétueuse, à la beauté sauvage et à la joie rayonnante. Admirée des hommes, enviée par les femmes, Jordane ne se soucie que de deux choses : le Biloba et sa famille, l'un n'allant pas sans l'autre. Ce roman entre intrigue amoureuse et intrigue familiale nous fait le portrait d'une héroïne au caractère bien  trempé qui revendique son indépendance. Nous découvrons une Camargue conservatrice, traditionnelle et fière à travers le personnage de cette jeune femme passionnée par ses terres. Jordane doit composer avec sa soeur, sa mère et sa belle-mère, l'exploitation étant devenue une entreprise féminine dont elle est le chef après la mort de son grand-père. Un roman profondément féminin. Les femmes décident, rêvent, agissent, vivent. Autour d'elles gravitent des hommes, surtout autour de Jordane. Les intrigues amoureuses se mêlent, se chevauchent, se déclinent en plusieurs nuances : le mari orgueilleux, égoïste et malgré tout épris, l'homme marié en quête d'un moment de tendresse, l'amoureux transi, l'amour tranquille de cinquante ans, l'amant ambigu. Autant de figures complexes et passionnantes que l'auteur nous décrit. Seul le choix final de Jordane m'a déçue. Je ne vous en dirai pas plus. Ce roman est à la fois sauvage et romantique, empreint d'une liberté et d'une joie à toute épreuve. Un roman qui irradie une lumière solaire, une odeur d'herbe et de cheval, un parfum de fleur, un pur goût camarguais.

vendredi 8 septembre 2017

Bienvenus/Welcome to Norway, réalisé par/directed by Rune Denstad Langlo


Synopsis


Quand on est propriétaire d’un hôtel quasiment en faillite dans les montagnes norvégiennes, est-ce que la solution ne serait pas de le transformer en centre d’accueil des refugiés pour profiter de subventions bien opportunes ?
C’est le bon plan de Primus, hôtelier peu aimable et pas vraiment ouvert aux autres cultures… Mais voilà, la bonne idée de Primus ne s’avère pas si simple.
Accueillir 50 personnes d’origine diverses, quand il faut compter en plus avec une femme déprimée, une ado rebelle, et des préjugés racistes, ça promet bien des déconvenues mais aussi, des heureuses surprises !
BIENVENUS !

Ce que j'en ai pensé


C'est le premier film que je vois qui traite de la question actuelle des réfugiés en Europe. Il me semble que ce film est assez exagéré, les personnages étant assez caricaturaux. Primus est un homme rustre, besogneux, naïf et un peu lourd. Sa femme quant à elle est déprimante, elle ne cesse de se plaindre des initiatives de son mari et de leur situation financière précaire sans lever le petit doigt pour l'aider. Seule leur fille Oda relève un peu le tableau : c'est une adolescente ouverte et franche qui n'hésitera pas à dire à ses parents ce qu'elle pense d'eux et de leurs comportements. Du côté des Norvégiens, les personnages sont assez peu sympathiques. La police et le service de l'immigration ne font rien pour vraiment aider les migrants. Primus se retrouve seul à gérer cinquante migrants sans argent. Heureusement il pourra compter sur l'aide d'un migrant l'un des seuls à parler norvégien. La cohabitation entre réfugiés est difficile et leurs exigences invraisemblables : des télévisions, des Playstation... Autre personnage important dans cette histoire (qui m'a particulièrement déplu !), une femme Norvégienne, hystérique, qui apporte des livres aux migrants alors qu'ils ont plus besoin au premier abord de logements décents et de nourriture. De plus, elle en fait voir de toutes les couleurs à Primus qui, lui, cherche par tous les moyens à obtenir de l'argent. Ce film soulève beaucoup de questions clés : le racisme, l'accueil des réfugiés, la coexistence entre différentes religions. Malgré des thèmes graves et durs, ce film reste drôle et humain. La problématique de l'altérité est traitée avec humour, franchise et simplicité. Un travail intéressant.



Synopsis


A couple decide to open a home for refuges in the remote cold mountains of Norway, and gets a lot to deal with.

My thoughts


This is the first film I see that deals with the issue of refugees in Europe today. It seems to me that this film is rather exaggerated, the characters being rather caricatural. Primus is a rough, needy, naive man. His wife is depressing, she constantly complains about her husband's initiatives and their precarious financial situation without raising a finger to help him. Only their daughter Oda puts them in their place: she is an open and frank teenager who will not hesitate to tell her parents what she thinks about them and their behavior. On the Norwegian side, the characters are pretty unsympathetic. The police and the immigration department do nothing to really help migrants. Primus finds himself alone in managing fifty migrants without money. Luckily he can count on the help of a migrant one of the only ones to speak Norwegian. The cohabitation between refugees is difficult and their requirements unbelievable: televisions, Playstation ... Another important person in this story (which particularly displeased me!), a Norwegian woman, hysterical, who brings books to migrants while they need decent housing and food at first. In addition, she makes Primus become mad while he, by all means, tries to obtain money. This film raises many key questions: racism, the reception of refugees, coexistence between different religions. Despite serious and tough themes, this film is still funny and human. The problem of otherness is dealt with humor, frankness and simplicity. An interesting work.

dimanche 3 septembre 2017

Valérian et la cité des mille planètes/Valerian and the city of a thousand planets, réalisé par/directed by Luc Besson


Synopsis


Au 28ème siècle, Valérian et Laureline forment une équipe d'agents spatio-temporels chargés de maintenir l'ordre dans les territoires humains. Mandaté par le Ministre de la Défense, le duo part en mission sur l’extraordinaire cité intergalactique Alpha - une métropole en constante expansion où des espèces venues de l'univers tout entier ont convergé au fil des siècles pour partager leurs connaissances, leur savoir-faire et leur culture. Un mystère se cache au cœur d'Alpha, une force obscure qui menace l'existence paisible de la Cité des Mille Planètes. Valérian et Laureline vont devoir engager une course contre la montre pour identifier la terrible menace et sauvegarder non seulement Alpha, mais l'avenir de l'univers. 

Ce que j'en ai pensé


J'ai toujours préféré à la SF la fantasy. J'ai toujours préféré les créatures fantastiques aux extraterrestres. Ainsi aurais-je préféré que cette histoire se déroule dans un univers magique moyenâgeux plutôt que dans un univers au sens littéral du terme. Cependant, j'ai adoré l'histoire : une aventure complètement loufoque. Je me suis beaucoup attachée aux personnages. Cara Delevingne a un charme destructeur, une ironie désopilante et une désinvolture sauvage. Son compagnon d'écran Dane De Haan incarne un Valérian téméraire et arrogant qui se fait souvent remettre à sa place par la belle et fougueuse Laureline. Ils forment à eux deux un duo hilarant et tendre qui évolue dans un univers extraordinaire complètement déjanté. Les effets spéciaux sont incroyables. Nous pénétrons dans un monde imaginaire spectaculaire. Nous ne pouvons que saluer la créativité des créateurs pour les décors bigarrés, rêveur et futuristes. Un trésor d'imagination. Les extraterrestres ont tous des allures très variées mais sont toujours assez laids, soit gluants soit robotisés. Pardonnez ma préférence pour les créatures des contes et légendes. J'aurais seulement deux bémols à mettre. Le premier est le jeu de Rihanna, j'ai trouvé la chanteuse complètement inexpressive, sans profondeur. Je ne vois là qu'un moyen de faire de la com. Ensuite, j'ai été gênée par l'apparente jeunesse des acteurs principaux : ceux-ci semblent dans le film avoir à peine vingt-cinq ans (malgré les 31 ans de l'acteur), leurs dialogues sont puérils, ceux que pourraient avoir des adolescents et pourtant, ils parlent déjà de mariage. C'est assez déconcertant. Sinon, un film jouissif ne serait-ce que pour les effets spéciaux phénoménaux !



Synopsis


A dark force threatens Alpha, a vast metropolis and home to species from a thousand planets. Special operatives Valerian and Laureline must race to identify the marauding menace and safeguard not just Alpha, but the future of the universe. 

My thoughts


I've always preferred fantasy to SF. I've always preferred fantastic beasts to aliens. Therefore, I would have preferred this story to occur in a magic Middle-Age alike universe rather than in a literal universe with planets, stars and all that stuff. However, I loved the story: a completely crazy adventure. I really liked the characters. Cara Delevingne has a destructive charm, a hilarious irony and a savage flippancy. Her on-screen team mate, Dane Dehaan, plays Valerian, a pretty reckless and arrogant young man, who is often put in his place by the beautiful and fiery Laureline. They form an uproarious and tender duo that evolves in an extraordinary universe. The special effects are incredible. We enter a spectacular imaginary world. We can only admire the creators' creativity for the colored, dreamy and futuristic decors. A treasure of imagination. The aliens are of diverse looks but they're all rather odd, either viscous or robotic. Forgive my taste for legendary creatures. Only two elements of the film disturbed me. First, Rihanna makes a poor actress. I found she was unexpressive, with no consistency. I see here only a way to make the buzz. Another thing that was awckward was the apparent youth of the two principal actors. They look less than twenty-five (although he's 31 years old), their dialogues are those of teenagers and despite that, they talk about marriage. It seems unwarrantly. Nevertheless it's a very pleasurable film even if only for the phenomenal special effects.

samedi 26 août 2017

Jurassic Park, réalisé par/directed by Steven Spielberg puis/then Joe Johnston


Synopsis


Ne pas réveiller le chat qui dort... C'est ce que le milliardaire John Hammond aurait dû se rappeler avant de se lancer dans le "clonage" de dinosaures. C'est à partir d'une goutte de sang absorbée par un moustique fossilisé que John Hammond et son équipe ont réussi à faire renaître une dizaine d'espèces de dinosaures. Il s'apprête maintenant avec la complicité du docteur Alan Grant, paléontologue de renom, et de son amie Ellie, à ouvrir le plus grand parc à thème du monde. Mais c'était sans compter la cupidité et la malveillance de l'informaticien Dennis Nedry, et éventuellement des dinosaures, seuls maîtres sur l'île...


 Quatre ans après le terrible fiasco de son Jurassic Park, le milliardaire John Hammond rappelle le Dr Ian Malcolm pour l'informer de son nouveau projet. Sur une île déserte, voisine du parc, vivent en liberté des centaines de dinosaures de toutes tailles et de toutes espèces. Ce sont des descendants des animaux clônes en laboratoire. D'abord réticent, Ian se décide à rejoindre le docteur quand il apprend que sa fiancée fait partie de l'expédition scientifique. Il ignore qu'une autre expédition qui n'a pas les mêmes buts est également en route.


Huit ans après les événements surréalistes survenus lors de sa visite au Jurassic Park du richissime John Hammond, le paléontologue Alan Grant se rappelle toujours de sa rencontre, d'abord magique puis effroyable, avec ces dinosaures ramenés à la vie grâce aux incroyables progrès de la génétique. À l'origine, ces créatures de la Préhistoire n'étaient pas censées se reproduire ni survivre, mais elles ont déjoué les plans des scientifiques. Elles sont probablement toujours en vie sur l'île Isla Sorna.Alan étudie l'intelligence des vélociraptors. Cependant, il manque de subventions pour financer ses recherches. Paul Kirby et sa femme Amanda, un couple richissime, lui proposent alors une grosse somme d'argent s'il leur fait survoler la fameuse île. Alan accepte leur offre.Mais celui-ci flaire une entourloupe lorsque le pilote amorce sa descente sur l'île. Il découvre alors les vraies raisons de l'excursion organisée par les Kirby : sauver Eric, leur fils disparu dans les environs. Ces derniers avaient besoin de son aide, car il est le seul à connaître l'île et ses mystérieux occupants. Cependant, au moment où l'avion s'apprête à redécoller, un spinosaure tente de piétiner l'appareil... 


Ce que j'en ai pensé


 J'adore les dinosaures. J'avais adoré le récent Jurassic World (retouvez ma critique ici) et étant en vacances, j'ai eu envie de voir les précurseurs. J'ai donc regardé les trois Jurassic Park. Inutile de vous dire que j'ai beaucoup aimé. Les effets spéciaux sont incroyables : les dinosaures sont plus vrais que nature, magnifiques, effrayants pour certains. C'est un régal visuel pour tout amateur de dinos. Les histoires se ressemblent toutes plus ou moins : l'expédition censée se dérouler en toute sécurité se transforme en mission de survie où les humains se retrouvent opposés à des dinosaures carnivores pas du tout accommodants. J'ai préféré la première histoire car j'ai beaucoup aimé le couple Alan Grant/Ellie et les enfants. J'ai trouvé aussi que c'était l'histoire la plus vraisemblable. Les deux autres scénarios ont été de toute évidence réalisés pour faire plaisir au public et les personnages sont parfois assez ridicules. Mais je leur pardonne volontiers car rien que pour se délecter de la vue des dinosaures, ces films valent le coup d'oeil. Un pur plaisir. Je vous conseille vivement des les regarder si comme moi vous avez toujours été émerveillés par les dinosaures. J'ai hâte de voir le deuxième volet de Jurassic World censé sortir en 2018. Encore du grand spectacle sans aucun doute !


 Synopsis


 During a preview tour, a theme park suffers a major power breakdown that allows its cloned dinosaur exhibits to run amok.


 A research team is sent to the Jurassic Park Site B island to study the dinosaurs there while another team approaches with another agenda. 


A decidedly odd couple with ulterior motives convince Dr. Alan Grant to go to Isla Sorna (the second InGen dinosaur lab.), resulting in an unexpected landing...and unexpected new inhabitants on the island. 


My thought


I love dinosaurs. I'd love the recent Jurassic World (find my review here) and being in holidays, I thought of watching its precursors. So I've watched the three Jurassic Park. No use to tell you I absolutely loved it. The special effects are incredible: the dinosaurs are amazing, terrifying for some. It's awesome to watch for anyone who like dinos. Stories are pretty much the same: the expedition expected to happen in safe conditions turns out to be a misson for survival due to unfriendly dinos. I've prefered the first story because I really liked the couple Alan Grant/Ellie and the children. What's more it's the most likely story. The two other scenarios were made to please the public and sometimes the characters become ridiculous. But I forgive them all because relishing the view of these admirable creatures worth it all. A pure pleasure. I strongly recommend these if you are like me amazed by these enormous beasts. I'm eager to see the second Jurassic World supposed to come out on 2018. It surely will be a great show!

dimanche 20 août 2017

Dunkerque/Dunkirk, réalisé par/directed by Christopher Nolan


Synopsis


Le récit de la fameuse évacuation des troupes alliées de Dunkerque en mai 1940.

Ce que j'en ai pensé


Il y a des lâches. Il y a des héros. Il y a des soldats. Il y a des hommes. La guerre est une machine à tuer insensée. Elle entraîne les hommes dans ses rouages et fait remonter à la surface leurs peurs. Mais aussi leur courage. Les films de guerre me plongent toujours dans une admiration profonde pour l'être humain. Pour le soldat qui se bat pour sa patrie. Certains renient leur instinct de survie et continuent à viser l'ennemi alors qu'ils sont à terre, à la merci d'un obus. Ces hommes, funambules sur le fil de la mort, portent leurs armes et affrontent l'adversaire malgré tout. Il est vrai que certains plient, s'enfuient devant le combat. Mais peut-on les blâmer ? 
Dunkerque est un film tout en silences et en expressions du visage, en regards et en attentes. Il magnifie l'homme. Cet être humain si petit, si insignifiant qui a pourtant un rôle ô combien important. Car chaque soldat, chaque vie est précieuse. Ce film est grandiose. Poignant, magnifique, immense. Il suit plusieurs hommes : des soldats anglais qui ne désirent qu'une chose, rentrer au pays ; un soldat français qui voit en l'Angleterre le salut et l'espoir de vivre ; des aviateurs anglais qui tentent au péril de leur vie de protéger leurs navires des avions allemands ; un soldat que la guerre a rendu fou. Ces hommes, ces âmes, nous les suivons lors de l'évacuation de Dunkerque. Une fuite il est vrai mais aussi le sauvetage de milliers de vies. Les femmes ne sont pas oubliées et leur rôle d'infirmières et de soutien, presque du maintien du pays, rôle primordial étant donné le départ des hommes au front, est montré. Christopher Nolan nous livre un film monumental. Les plans sont superbes et cruels opposant l'horreur et la puissance de la guerre à la fragilité et à la bravoure de l'homme. Le choix d'un film pauvre en dialogues ne le rend que plus éloquent. La musique accroît la tension, accentue la peur et exalte le courage des hommes. Les acteurs sont brillants, leurs visages, leur yeux valent mille paroles. Un film d'une intensité épique. Un chef d’œuvre d'humanité.




Synopsis


Allied soldiers from Belgium, the British Empire and France are surrounded by the German army and evacuated during a fierce battle in World War II. 

My thought


There are cowards. There are heros. There are soldiers. They are men. War is an senseless killing machine. She turn men into killers and rise up their fears. But it also rise up their courage. War films always make me admire the human being. The soldier fighting for his country. Some even deny their survival instinct and continue to target their enemies although they're almost dead, at the mercy of a shell. These men, tightrope walkers on the wire of death, hold their weapons and face the opponent nevertheless. Although some flee, can we blame them? 
Dunkirk is a film all in silences and facial expressions, in looks and in waitings. It magnifies men. This tiny, insignificant human being who yet has an important role to play. Because every soldier, every life is precious. This film is grandiose. Heart touching, magnificent, immense. It follows several men: English soldiers only wanting to come back to their country; a French soldier who sees England as his only left piece of hope; English pilots who try risking their own lives to protect English ships from German planes; a soldier who has become mad because of war. These men, these souls, we follow them in Dunkirk evacuation. They're fleeing, that's true but it's also the saving of thousands of lives. Women are not forgotten: their role as nurses and support as they're the ones who make the country working with the men fighting, is also shown in the film. Christopher Nolan delivers a monumental film. The shots are superbs and cruels opposing the horror and the power of war to the fragility and the bravery of men. The choice of a poor in dialogues film makes it even more eloquent. The music increases the tension, accentuates the fear and exalts men's courage. The actors are brilliant, their faces, their looks worth a thousand words. A film of epic intensity. A masterpiece of humanity.